Public Image USA

a franco-american content production company

Photographie aveugle… Un film documentaire inédit January 9, 2012

(more…)

 

ANIMONUMENTS May 2, 2011

Filed under: Paris — Public Image USA @ 5:40 pm

ANIMONUMENTS
Du 5 avril 2011 au 26 juin 2011
Au Musée de la Chasse et de la Nature

Sur le thème des animaux évoluant dans divers Monuments Nationaux, « Animonuments », est une très belle exposition des photographies de Nicolas Guilbert, qui se tient actuellement, et jusqu’au 26 juin, au Musée de la Chasse et de la Nature, rue des Archives à Paris.

En association avec le Centre des Monuments Nationaux, l’exposition voyagera durant tout l’été dans presque tous les monuments historiques de France.

Les photographies de Nicolas Guilbert révèlent la présence insolite des animaux dans les monuments historiques ouverts au public.

Avec cette exposition de lancement, on parcourt le long voyage photographique de Nicolas Guilbert à travers le patrimoine monumental français. Des chèvres de la Turbie aux moutons de Carnac, en passant par les chats de la chapelle Expiatoire ou du monastère de Saorge, il nous offre un autre regard sur notre patrimoine architectural… et sur la place qu’y tiennent les animaux…

Et puis profitez de son exposition, pour déambuler dans ce lieu extraordinaire qu’est le Musée de la Chasse et de la Nature… osez pénétrer ses cabinets de curiosité où l’insolite voisine avec l’étrange..

Un lieu parfait pour ANIMONUMENTS… et pour Monsieur Guilbert!

Informations pratiques
Musée de la Chasse et de la Nature
62, rue des Archives 75003 Paris

Et puis, il y a le livre….

ANIMAUX & CIE


Un très beau livre conçu, réalisé, et proposé par Nicolas Guilbert, le photographe… avec un très bel avant-propos signé Cécile Guilbert, l’écrivaine.

Que du très très bon dans ce recueil de photographies :de l’humour toujours, de la curiosité, de l’ironie, et surtout un regard intelligent et sensible que Nicolas Guilbert porte sur le monde, depuis 25 ans, où il arpente notre planète, de Paris à New-York, en passant par Bénarès ou Rome…

Il ne se lasse pas de photographier l’insolite, l’intrigant, avec poésie.

Il nous renvoie souvent à nous-mêmes avec ce questionnement sur l’absurde qui le taraude.

Il nous livre ici quelques unes des photographies qui révèlent le rapport parfois étrange que nous pouvons entretenir avec les animaux… ne sommes-nous pas un peu animaux… et ne sont-ils pas un peu humains?… Cécile Guilbert y ajoute un texte subtil comme elle en a le talent, qui porte le titre d”humanimals’… ni tout à fait humain, ni tout à fait animal… pas mal!

On leur parle, on les enferme, on les empaille, on les peint, on les sculpte, on les aime, on les maltraite aussi… ils font partie intégrante de notre vie, et de notre quotidien même, sans que l’on s’en aperçoive… il fallait que Nicolas Guilbert nous le fasse remarquer, et que Cécile Guilbert nous en propose une analyse où elle révèle une fois de plus son immense talent d’écrivaine que l’on peut savourer dans les ouvrages que je vous recommande: “Sans entraves et sans temps morts” (Gallimard, 2009), “Wharhol Spirit” (Grasset, 2008, Prix Médicis Essai), “Saint-Simon ou l’encre de la subversion”, “Pour Guy Debord”, “L’ecrivain le plus libre”, “Le musée national”, et puis un excellent “Cinquante lettres du marquis de Sade à sa femme” qui porte un éclairage surprenant sur le divin marquis…

Critique, essayiste et romancière, elle collabore régulièrement à France Culture et au Monde des Livres.

….

Au fait, nous aimons aussi le peintre, Nicolas Guilbert!!! Allez voir son travail sur son site… dans les liens du Blog!

Et puis nous saluons l’ami Nicolas Guilbert et la très grande Cécile du même nom! Quand talent rime avec Guilbert….

 

ABYSSINIA ETHIOPIA, Terre des faces brûlées March 16, 2011

Filed under: Paris,Public Image USA — Public Image USA @ 3:17 am

N’hésitez pas à vous rendre à l’avant-première du film de Denis Khalifa,

qui a lieu

JEUDI 17 MARS

à 11 heures,

au club Marbeuf

38 bis rue Marbeuf 75008.

LE FILM

Denis Khalifa signe un très bel hommage aux Falashas, peuple juif qui continue de vivre en Ethiopie, malgré les nombreuses opérations organisées par l’Etat d’Israel pour sauver les derniers Falashas, menacés par de nombreuses révoltes et guerres,  au Soudan et en Ethiopie.

Au travers de belles rencontres, la caméra de Denis Khalifa pénètre une société qui préserve ses traditions séculaires, au beau milieu de l’Afrique noire.

Ils s’appellent Salomon, Getnet, et Fasika… ils nous ouvrent leurs portes et surtout nous font découvrir le Timkat, la fête de l’Epiphanie, au rythme des tambours et des combats de bâtons.

Getnet est juif, Salomon est Chrétien orthodoxe… ils vont voyager et nous emmener d’Addis Abéba à Gonder, au Nord, pendant 900 km, pour aller à la rencontre des Falashas, et vivre avec eux, cette fête exceptionnelle, l’une des plus spectaculaires de la Corne de l’Afrique.

UN PEU D’HISTOIRE….

Les Falashas ou Beta Israel ont deux traditions concernant leurs origines. Selon la première, « la plus répandue dans la tradition orale », les Beta Israel descendraient des Israelites ayant accompagné le prince Ménélik, fils du roi Salomon et de la Reine de Saba, lorsqu’il apporta l’arche d’alliance en Ethopie au Xème siècle avant JC.

On peut noter que cette tradition est étroitement connectée à la légende des chrétiens d’Éthiopie concernant l’arche d’alliance.

La seconde tradition fait des Beta Israel les descendants de la Tribu de Dan, une des “Dix Tribus Perdues” (déportées par les Assyriens en 722 avant JC).  En Israël, cette seconde tradition tend à devenir dominante, sans doute parce qu’elle est celle officiellement acceptée par le grand rabbinat israélien en 1973 .

On trouve aussi des traditions moins répandues et qui tendent aujourd’hui à disparaitre de la tradition orale Beta Israel :

  • C’est par exemple l’hypothèse selon laquelle les Falashas descendraient d’un groupe d’hébreux ayant refusé de suivre Moise lors de la sortie d’Égypte.
  • Au XIXème siècle, un grand prêtre avait rapporté une tradition, qui semble aujourd’hui disparue, selon laquelle les Falashas seraient des éthiopiens convertis par Moïse lors d’une ancienne visite dans le pays.
  • Une autre tradition fait remonter la présence juive en Éthiopie à la fuite d’Israélites après la prise de Jerusalem en 587 avant JC par les Babyloniens.

On peut retenir deux choses de ces traditions diverses :

  • D’une part que les Beta Israel se considèrent comme les descendants des hébreux ;
  • D’autres part qu’ils n’ont pas une perception claire et unique du lien entre eux-mêmes et leurs ancêtres supposés.

NE MANQUEZ PAS CE TRES BEAU FILM!!!!!!… Vous ne le regretterez pas….

PS: le film est en quête d’une distribution… A bons entendeurs!

Merci pour lui!


 

 

Le monde arabe se révolte February 2, 2011

Filed under: Paris — Public Image USA @ 2:39 am

INDIGNEZ-VOUS!

Je viens de lire “INDIGNEZ-VOUS” que Stéphane Hessel vient de rédiger à 93 ans.

Il est publié dans une collection admirable qui porte le nom d’une tribu indienne apparentée aux Sioux,  les “Omahas”, ce qui veut dire “Ceux qui marchent contre le vent”,  ou malgré vents et marées, ceux qui ont le courage…

Cela me fait aussi penser à une célèbre chanson de Bob Sieger que j’adore “Against the wind”….

Le texte est extraordinaire et nous devrions tous le connaître.

Je ne peux pas dire autre chose, si ce n’est que Stéphane Hessel est le vrai fils de “Jules et Jim”, qu’il porte en lui l’héritage de la tolérance et de l’amour, que son parcours est exemplaire, que sa vie est admirable, et qu’il est un homme juste, de bonne volonté, dont tous les hommes de cette terre devraient pouvoir se recommander…

Si je vous en parle, c’est aussi parce que je trouve qu’il a un écho particulier dans les événements qui secouent actuellement le monde arabe, et j’ai envie de dire à tous ces hommes et toutes ces femmes qui se révoltent, vous avez raison : “indignez-vous!”.

“Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux. Quand quelque chose vous indigne comme j’ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. On rejoint ce courant de l’histoire et le grand courant de l’histoire doit se poursuivre grâce à chacun. Et ce courant va vers plus de justice, plus de liberté mais pas cette liberté incontrôlée du renard dans le poulailler. Ces droits, dont la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a rédigé le programme en 1948, sont universels. Si vous rencontrez quelqu’un qui n’en bénéficie pas, plaignez-le, aidez-le à les conquérir.”

Stéphane Hessel

 

 

 

 

SOUL CATCHER January 14, 2011

Filed under: Paris — Public Image USA @ 9:11 pm

Exposition de Jacques Beneich du 10 fevrier au 26 mars 2011

Galerie 1161, 53 Quai des Grands Augustins Paris VI

Jacques Beneich est un photographe de l’âme, artisitique, musicale…

Il est le photographe de l’émotion, parce qu’il est un homme à la sensibilité rare, intacte. Jacques Beneich est un pur. Il va à l’essence même de l’émotion, et cela donne des photos où l’âme affleure toujours… Soul Catcher est le nom qu’il donne à l’exposition de ses oeuvres, par la Galerie 1161, qui débutera le 10 février.

Tel le Dream Catcher de la culture indienne d’Amérique, Jacques Beneich est un passeur d’âme. Il fait voyager l’émotion, la capte, et par magie, il la révèle. Ses photographies sont traversées par sa sincérité, et révèlent toutes un pan de l’âme de ses sujets, qu’il a saisi en un instant de vérité… Jacques Beneich, Soul Catcher, passeur d’âme…

Hélène de Fougerolles, Charles Aznavour, Cécile de France, Darry Cowl, Fabrice Lucchini, Ray Charles, Anthony Delon… et tant d’autres ont livré une part d’eux-mêmes à Jacques Beneich, que vous pourrez saisir vous aussi en un regard de Soul Catcher, à la Galerie 1161 du 10 février au 26 mars.

 

Le promeneur des matins de Paris January 12, 2011

Filed under: Paris — Public Image USA @ 10:23 pm
Tags: , ,

Longtemps Pierre-Anthony ALLARD fut le photographe des célébrités. Photographe et Directeur artistique des studios HARCOURT, il a photographié comédiens, écrivains, et têtes couronnées, pendant des années, avant d’avoir envie de promener son regard  dans les rues de Paris et de le poser sur des anonymes qui font partie de notre quotidien: les KIOSQUIERS de Paris.


Ils sont les témoins muets de Paris, ils sont les visages et les voix d’une ville qui change et qui les avale progressivement jusqu’à les faire disparaitre prochainement… le monde change et avec lui, les pratiques quotidiennes évoluent: la presse se lit dorénavant sur Internet, sur Ipad, sur Iphone, mais plus rarement en se noircissant les mains d’encre dans les petits matins parisiens, au comptoir d’un café… alors avec ces pratiques culturelles qui changent , ce sont des petits métiers que l’on ne regarde même plus, qui vont disparaître.


Pierre-Anthony ALLARD a voulu leur rendre hommage en posant son regard de poète et son âme d’artiste sur eux, ces anonymes de la presse, ultime courroie de transmission de l’information, auxquels on est tellement habitués qu’on ne les regarde plus.


Alors allez-les regarder, allez leur parler, allez les saluer et leur dire combien ils nous sont précieux, comme Pierre-Anthony ALLARD leur dit dans une très belle exposition qui se tient jusqu’au 31 janvier 2011 au Press Club de France, Hôtel Pullman – 8 rue Louis Armand dans le 15ème .


« Hommage de Pierre Anthony Allard aux kiosquiers de Paris »

Du 1er décembre 2010 au 31 janvier 2011

Press Club de France

Hôtel Pullman

8-12 rue Louis Armand

Paris 15ème

 

 
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.